Du nouveau à l'USAMA

Fort de plus de 150 adhérents actifs et dynamiques, dont plus de la moitié de jeunes, le club des Arts martiaux d'Arsac (Usama) vient d'intégrer deux nouveaux éducateurs et responsables techniques de leur section respective. Et ce, dès la rentrée de septembre et à l'initiative du nouveau président, André Sénorine.

Jean-Pierre Demay, professeur d'Aïkido et de Katana au club depuis plus de vingt-cinq ans et figure emblématique de l'Usama, et le président Sénorine ont tenu récemment à recevoir, lors des premières séances éducatives, ces deux nouveaux professeurs et leur souhaiter un bon travail.

Éric Técher, professeur de karaté, 3e dan, BE 1 et titulaire du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (Dejeps) depuis deux ans, a commencé cette activité à Saint-André de La Réunion d'où il est originaire. Après quelques années en région parisienne, il est venu en Gironde, y exerçant dans plusieurs clubs de la banlieue bordelaise pour enfin poursuivre sa formation au Haillan.

A Arsac ses objectifs sont simples en tant qu'enseignant  : bien reprendre les activités de la saison en leur donnant beaucoup de dynamisme, tant chez les grands que chez les jeunes, et augmenter la fréquentation des tatamis. Éric Técher est âgé de 35 ans.

De son côté, Jérôme Barbet, le nouveau professeur de judo, 28 ans et ceinture noire 2e dan, BE 1 et préparant le Dejeps, a commencé à 17 ans le judo à Barsac, d'où il est originaire. Il a été formé au Creps de Talence et a enseigné dans deux clubs de la banlieue bordelaise avant de se retrouver à Macau et Arsac où il enseigne.

Champion d'Aquitaine de kata, il a participé à une démonstration de judo-show au tournoi international de Paris. Sélectionné en équipe de France, il est devenu, il y a deux ans, champion d'Europe par équipe de judo-show à Bucarest. Un joli palmarès. Pour Jérôme Barbet, augmenter le nombre de pratiquants, créer une section de ju-jitsu et préparer les jeunes à la compétition, sans souci majeur du résultat, constituent des objectifs qui lui paraissent raisonnables.

 

Source de l'article : Sud-Ouest (George Césaire)

01/11/2011